Définition de la dysphasie

Trouble primaire du langage, dans les sphères expressive ou expressive et réceptive, qui s’observe par des atteintes variables affectant le développement de plus d’une composante du langage : phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique et pragmatique.

En plus d’une hétérogénéité des manifestations de ce trouble d’un individu à l’autre, il se caractérise, chez un même individu, par sa persistance, la variabilité du portrait clinique dans le temps, de même que par une forte probabilité qu’il y ait peu d’évolution sans intervention. La dysphasie est souvent accompagnée d’autres signes et peut aussi coexister avec d’autres déficiences.

La dysphasie a des répercussions qui peuvent entraver le développement et le fonctionnement de l’individu sur les plans personnel, social, scolaire et professionnel. Par conséquent, la dysphasie engendre des situations de handicap et des préjudices variables pour l’individu et son entourage selon les circonstances et à tous les âges de la vie.

Explication sommaire de la définition (lexique)

PRIMAIRE :

  • Manifestations du trouble s’observent d’abord au plan du langage
  • Prédominance du trouble langagier

SPHÈRE EXPRESSIVE :

  • Peut être affectée isolément

SPHÈRE EXPRESSIVE ET RÉCEPTIVE :

  • Réceptive n’est jamais affectée isolément

DYSPHASIE :

  • Atteinte de plus d’une composante du langage

POUR QU’UNE PERSONNE SOIT DYSPHASIQUE, ELLE DOIT AVOIR UN MINIMUM DE DEUX ATTEINTES, SOIT :

  • Réceptive n’est jamais affectée isolément
  • Phonologie
  • Morphologie
  • Syntaxe
  • Sémantique
  • Pragmatique

Si une seule composante est atteinte, il s’agit alors d’un trouble de phonologie, morphologie, syntaxe, …

HÉTÉROGÉNÉITÉ :

  • Profils différents d’un individu à l’autre
  • Tableaux différents selon les ressources, le contexte, la sévérité

PERSISTANCE :

  • Écart sur le plan des capacités langagières perdure dans le temps
  • Trouble du langage s’observe à des niveaux différents à chaque période de la vie.

source : Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec

Les définitions des diverses problématiques du langage

Le « retard de langage » se caractérise, comme son nom l’indique, par un développement langagier plus lent que ce qui est attendu. Ce retard peut être présent pour un aspect du langage ou pour plusieurs, par exemple la compréhension, le développement des sons ou de la morphosyntaxe. Le degré d’atteinte peut être variable, de léger à sévère. Une belle évolution est remarquée lorsque l’enfant reçoit une stimulation ciblée et régulière.

Le « trouble de langage », quant à lui, représente un développement plus lent et atypique du langage. Les atteintes des différents aspects du langage sont variables et on ne peut simplement comparer le développement du langage de l’enfant à celui d’un enfant plus jeune; des particularités atypiques peuvent être aussi présentes. Les difficultés sont persistantes malgré une intervention orthophonique et une stimulation régulière. En effet, l’évolution est lente malgré la stimulation. C’est habituellement suite à un suivi régulier que l’orthophoniste peut émettre la conclusion orthophonique de trouble de langage.

Le trouble primaire du langage, qui ne peut pas être expliqué par une autre difficulté (déficience auditive, trouble du spectre de l’autisme, déficience motrice, etc.), peut aussi être appelé une dysphasie.

La dysphasie est un trouble primaire du langage qui affecte la sphère expressive ou les sphères expressives et réceptives. Elle affecte de façon variable plus d’une composante du langage : phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique et pragmatique.

Il semble que plus de garçons que de filles en sont atteints. Mentionnons seulement qu’aux troubles d’abstraction, s’ajoutent des troubles de généralisations et des troubles de perception du temps ainsi qu’occasionnellement des troubles de perception auditive.