Il semble que plus de garçons que de filles en sont atteints.

La dysphasie affecte 9,4% des Québécois âgés de 5 ans selon un mémoire déposé par l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec et présenté à la Commission de la santé et des services sociaux en octobre 2014.

Voici quelques signes indicateurs de la dysphasie:

  • L’acquisition du langage démarre plus tard.
  • Les diverses étapes du développement du langage durent plus longtemps.
  • L’enfant comprend mieux les gestes que les mots et pourtant, il n’est pas sourd.
  • Son attention et sa concentration sont de courte durée.
  • L’enfant s’adapte difficilement aux changements.
  • Il désigne les choses par des gestes.

Quoi faire?

Nous encourageons les parents à faire évaluer l’enfant le plus rapidement possible pour obtenir la conclusion orthophonique d’une équipe multidisciplinaire. Plus on agit vite, plus on donne une chance à l’enfant de développer son langage le plus tôt possible. L’obtention d’une conclusion orthophonique aide à simplifier les démarches des parents auprès des garderies, dans le milieu scolaire et auprès des gouvernements.

Quand agir?

Le plus tôt possible. Si un doute s’installe au sujet du développement du langage de l’enfant, les parents doivent insister auprès du médecin qui suit l’enfant ou contacter leur centre intégré de santé et de services sociaux pour obtenir une évaluation du langage en orthophonie. Vous pouvez aussi consulter directement un(e) orthophoniste.

Mentionnons également qu’un ou plusieurs troubles énumérés ci-dessous peuvent être associés à la dysphasie:

  • le trouble de l’expression;
  • le trouble de la compréhension;
  • le trouble d’habilités métalinguistiques;
  • le trouble de la généralisation;
  • le trouble d’abstraction;
  • les troubles perceptifs;
  • le trouble de la mémoire;
  • le trouble de l’attention;
  • le trouble du comportement;
  • le trouble psychomoteur.

Leur présence et leur intensité varieront d’une personne à l’autre.

Les enfants ayant une dysphasie présentent généralement une intelligence normale, un sens de l’observation développé et un désir de communiquer. Malgré cela, la dysphasie est considérée comme un problème grave de la communication et du développement, ce qui nécessite une approche individualisée et adaptée, notamment au niveau de la famille et des services éducatifs.